logo-nananews-indispensable

loginSe Connecter

abonnement free

S'abonnerS'enregistrer
Nananews.fr: Pourquoi, pour qui? Un web-magazine d’actualités, participatif... devenez membres de Nananews.fr: L'inscription est gratuite !!!

infos-redaction-bleu-edito

 

Listen to your heart


Eh oui, la guerre sévit, les colères grondent et les «raisins de la colère» murissent vitesse grand V, mais dans le monde émergent des libertés nouvelles et j’ai envie de vous dire que la beauté et la tendresse toujours peuvent nous bercer, avec la force et la joie, regardez cette vidéo et laissez-vous porter par la douceur d’un monde originel, le nôtre que nous prenons si peu le temps d’aimer…


 

agora

08 Décembre 2015 par redaction
19 Novembre 2015 par Le Renard
01 Octobre 2015 par N.Morano
01 Octobre 2015 par Le renard
30 Septembre 2015 par redaction
29 Septembre 2015 par Français sansDents
24 Septembre 2015 par renard

derniers commentaires dans Nananews

vousavezdesidees

fidesgrandesidees

cultivez-vous

10 Juillet 2014 par Stella
10 Juillet 2014 par Stella
10 Juillet 2014 par Stella
10 Juillet 2014 par redaction
10 Juillet 2014 par redaction
10 Juillet 2014 par Stella
10 Juillet 2014 par Stella
10 Juillet 2014 par Stella

ecole chair

sens-interdit ecole chair


L'érotisme dans un journal sérieux ?

Certainement, car la sexualité fait autant tourner le monde que l'économie.

Nouvelles, grands classiques de la littérature, mais aussi reportages et web-expos, vous êtes sur le seuil de notre rubrique lubrique.

ecoledelachair-15-01

Tu me voulais tienne, je me suis voulue soumise

Par Marie Panon

Cliquez, judicieusement...

voyage_voyage

expos

vins-ici-ailleurs

30 Décembre 2015 par Christian Duteil
2015-12-30-17-06-11

 

La Meilleure Pub au monde


Regardez, c'est génial

carte2France

Diabète Mag N°17

Le N°17, Vient de paraître
Chez votre Marchand de Journaux

Codif : L13013

cover-superreduite

Prévenir, Comprendre, et Mieux vivre avec le Diabète

 

Au sommaire vous trouverez :

- Diabète : la fin d’un mythe

- Cholestérol - Diabète et les margarines

- Le Chrome limite de stockage des sucres

- Les complications du Diabète

- seul face à un infarctus

– comprendre l’anévrisme

- l’utilisation de la «metformine»

- Le matériel de sport au domicile

- Desserts allégés

- Gros dossier: Mincir de plaisir, des menus type.

- Quiches light – sauces allégées – saveurs de la mer 

- le lait végétal – les confipotes à faire

Nutrition :

-       le foie, source de fer – tout sur la moutarde

-       Fruits et légumes d’automne

-       Les vertus des baies de Goji

Un N° 17, Complet, pour une vie pleine de bonnes résolutions.

DIABETE MAGAZINE , chez votre marchand de journaux.

Inclus: Le Diabétique Gourmand, des recettes goûteuses et light.

04 COUV_DIA_10_reduit


 

De Cosette à Catherine

 

Studio Harcourt, un succès féminin


HARCOURT2


 

There seems to be an error with the player !


De Germaine Hirschfeld à Cosette Harcourt:

l'ombre et la lumière


Il fut un temps où les hommes dit-on se ruinaient pour une terre, une guerre, une bataille à gagner, une femme qu'ils convoitaient ou aimaient...

L'histoire de la mode et du cinéma a immortalisé le destin de certaines d'entre-elles qui s'appuyant, au départ, sur le statut social ou les finances d'un homme, surent rapidement et intelligemment, inventer leur propre vie : Coco Chanel et Arletty pour ne citer qu'elles.


harcourt

Pour Germaine Hirschfield, ce fut différent. Ce sont ses compétences en photographie qui furent à l'origine de sa réussite, même si elle trouva des appuis auprès de Jacques Lacroix pour créer la marque Harcourt, dans cette époque flamboyante qui, entre les deux guerres, mêla avec la même désinvolte passion, le luxe et la misère.

 

L'option qu'elle prit alors, d'assembler pour son nom d'emprunt deux symboles aussi opposés que celui de la pauvreté et de l'aristocratie, démontre sans conteste l'acuité intellectuelle et la lucidité sur son époque, de celle qui devint Cosette Harcourt.

Un nom et une marque qu'elle imposa et magnifia au point qu'aujourd'hui encore partout dans le monde, le studio Harcourt est l'emblème de l'excellence, de la compétence, du savoir-faire qui sait conjuguer l'art et la beauté aux nouvelles technologies et aux nécessités matérielles des entreprises.

Une empreinte indélébile que Cosette Harcourt aura voulu forger comme un gage de réussite? Des choses et leurs contraires, dont il faudrait porter les dualités, les paradoxes et les apparentes contradictions, de façon à toujours se souvenir que: rien n'est jamais acquis, que tout peut toujours basculer d'un point à l'autre d'une ligne de fracture, mais que l'on peut toujours aussi passer du pire au meilleur?


harcourtharcourtharcourt


Qui était Cosette Harcourt ?

Née en 1900, un grand mystère accompagne ses débuts dans la vie. L'on dit qu'elle a été vendeuse dans des studios de photographies industrielles, qu'elle en profitait pour photographier certains clients et qu'elle vendait ensuite ses clichés dans des cabarets à la mode.

Bref l'existence, à première vue, d'une jeune fille modeste, qu'on dirait aujourd'hui «battante» et désireuse de s'en sortir. Probablement attirée par les paillettes et les strass, l'indépendance que l'argent apporte, l'envie d'exister dans un monde où les hommes ont tous les droits et les femmes aucun, ni celui de l'autonomie de leurs biens ou de leur corps, ni celui de décision pour leur propre vie et celle de leurs enfants.

Ces années-là furent des époques charnières pour les femmes. Dans d'autres pays du monde, elles se regroupaient pour acquérir des libertés.

Cosette Harcourt fut sans doute dans cette mouvance de société de l'entre-deux guerres, une de ces jeunes femmes éprises de liberté et d'indépendance qui rêvèrent leur vie et vécurent leurs rêves, en équilibre sur d'anciens schémas et la modernité...

L'Histoire a retenu son indépendance et son élégance, qu'elle aimait les voitures, les belles robes, la vitesse et fumer, comme une sorte de prélude à Sagan et Bonjour Tristesse, qui des années plus tard, devinrent le fer de lance d'une jeunesse avide d'être dans «La fureur de vivre».

L'Histoire a aussi retenu qu'elle était l'amie de Coco Chanel et d'un gotha prestigieux, mais que c'est en 1934, dans ce moment où s'amplifiait la montée du fascisme, peut-être aussi dans l'effervescence qui préside aux grandes évolutions, qu'elle s'associa aux frères Lacroix, des patrons de presse qui avaient besoin de photographies «people» pour illustrer leurs journaux ainsi qu'avec Robert Ricci, fils de Nina Ricci pour fonder ensemble «Le Studio Harcourt».

Surtout que c'est elle qui initia les choix professionnels de l'entreprise, notamment le choix du cinéma, évidemment pas anodin lorsqu'on veut bien se rappeler combien alors «Le cinéma» était porteur de rêves et d'horizons pour des populations et des personnes qui souvent n'avaient jamais été plus loin que le village ou la ville d'à côté.

Les voyages et les loisirs n'étaient pas encore au rendez-vous des sociétés et les congés payés non plus; la France et le monde en général se révélaient par bobines interposées aux yeux de spectateurs subjugués.

La photographie de toutes ces «stars» du cinéma, devint donc le pilier professionnel du Studio Harcourt, qui développa des techniques d'ombres et de lumière, des pénombres inédites et des maquillages qui magnifiaient les visages, les rendaient intemporels et pour toujours hors d'atteinte de l'outrage des ans.

Des portraits si beaux qu'on disait qu'un acteur ne devenait célèbre qu'après avoir été couché sur le papier glacé du Studio Harcourt.

 

harcourtharcourtharcourt

 

Hélas, Cosette Harcourt doit quitter Paris occupé.

Cosette Harcourt est Juive, et pendant l'année 1940, elle prend la décision de quitter Paris et l'occupation, cela malgré son mariage avec Jacques Lacroix, pour passer en zone libre, puis en Angleterre où elle obtient un passeport Anglais qu'elle utilisera toute sa vie.

Pendant son absence, le Studio restera ouvert et les Allemands s'y feront photographiés de la même façon que les Américains ensuite, comme si cet endroit de l'art et la beauté était enfin devenu ce pourquoi il avait été créé: un espace hors du temps où les rêves prennent forme pour devenir réalité. Un lieu où l'illusion et la magie, l'extraordinaire, passent devant les outils; où l'on oublie même qu'ils existent.

Après la fin de la guerre, Cosette Harcourt reprendra la direction du Studio, à qui elle donnera un essor international. Et depuis, malgré sa disparition en 1976, et malgré les nouveaux entrepreneurs qui dirigent aujourd'hui l'entreprise, son image et son nom reste indissociablement liés à l'élégance et l'intemporalité Harcourt; à sa griffe qui signe chaque image.

Reste à saluer, pour conclure cette rétrospective d'un parcours peu commun en son temps, la force de vie et la dynamique, la modernité d'esprit de Cosette Harcourt, mais aussi celle de quelques autres qui comme elle, à des moments clefs, des instants passages de l'humanité, se sont engagées ou s'engagent dans d'ingrats et rudes combats pour la liberté des femmes, bouleversant et bousculant les mentalités, imposant des styles et des marques, des nouvelles façons de vivre pour des femmes qui, dans cette moitié de siècle lapidée par deux guerres, étaient encore en France, soumises aux lois physiques ou juridiques des hommes, et qui ailleurs aujourd'hui en 2012, sont toujours sous les mêmes jougs et interdits, vivent enchaînées.


Catherine Renard

 

la nouvelle muse d'Harcourt.


Je suis arrivée au Studio Harcourt avec un peu de retard, Paris et les embouteillages ne permettent pas la précision en matière de rendez-vous, et c'est, essoufflée d'avoir pressé le pas depuis le parking, que j'ai passé la porte de ce qu'il faut bien appeler «le temple» de la photographie. Là où tous les grands de ce monde, les stars d'Hollywood et de tous les cinémas sont venus se faire «tirer le portrait». Of course, pardon, l'expression n'est évidemment adaptée ni à l'endroit, ni aux manières, ni au professionnalisme du studio. C'est juste une pirouette pour me donner le temps de reprendre ma respiration, tandis que le portrait de Carole Bouquet, immense en haut de l'escalier, me percute violemment de toute sa beauté.

Beauté ombrée, en noir et blanc où pas un défaut, nul indice d'un temps passé, ne vient déranger la perfection du teint «Zéro défaut» aurait dit une petite jeune fille que je connais, en s'escrimant à camoufler des petites imperfections d'adolescence.

 

harcourt

 

Installée sur un divan crème du grand espace d'attente, j'attends Catherine Renard, la directrice du lieu, en regardant les diaporamas de mes stars préférées défilés grandeur nature sur le mur en face de moi. Dieu que Vanessa Paradis est belle ! Et Dieu que l'endroit est beau. Calme et beau, élégant. Rien d'ostentatoire, tout en harmonie et mesure.

 

- Bonjour !

Elle a déboulé, vive et brune, regard comme j'aime. Comment j'aime? Brun et grave, intelligent, mais ce n'est pas de ce que j'aime dont je dois vous parler, mais de Catherine Renard qui vient de me tendre la main, souriante.

Je passerai sur les quelques minutes d'évaluations personnelles et réciproques, pour arriver sur les affinités électives. Parce que d'emblée, il y en eut. Au moins de ma part.

Les rencontres et les interviews sont toujours des instants singuliers où deux personnes parfaitement inconnues l'une à l'autre, vont se livrer à un jeu de questions-réponses qu'en d'autres moments elles trouveraient insupportable, mais que là, chacune est venue chercher, précisément.

Et si parfois les hasards sont malencontreux, il arrive qu'ils soient de l'ordre de la magie, incandescents, passionnels, heureux tout simplement.

Combien de journalistes ont ainsi rencontré l'autre de leur vie? Avec les politiques, c'est même assez fréquent. Bon. Revenons à mon café, au divan crème, aux divas du diaporama, et à Catherine Renard, main tendue vers moi.


harcourt

Une petite rétrospective de sa vie professionnelle me démontre aisément qu'elle était prédestinée à reprendre les rênes de la grande maison Harcourt: un doctorat en biotechnologie l'ayant amenée à la recherche appliquée dans une immense propriété agricole où l'on s'attachait à produire des molécules d'acide hyaluronique à partir de... betteraves !


Là, je prends vraiment un raccourci, mais l'idée est là. Et le produit miracle, que nous trouvons aujourd'hui dans de nombreux soins et crèmes anti-âge, l'était aussi.

Après quelques années de recherches, notre jeune scientifique intègre la FEBEA, la fédération qui réglemente l'industrie des cosmétiques, et puis un peu après, l'AFSSAPS l'agence française de sécurité sanitaire.

D'une certaine façon, elle clôturait ainsi un cursus professionnel, et forte de ses nouvelles compétences, elle se lança dans la création d'une entreprise QUATRE'S COSMETIC, qui diffusa auprès des grands marchés distributeurs, des produits cosmétiques innovants et novateurs. De ceux inédits et de pointe que sa formation scientifique, lui permettait évidemment d'identifier ou de repérer.

Dans l'élan, elle crée une boutique «The beauty land», à laquelle, malgré son travail d'aujourd'hui de direction du studio Harcourt, elle reste affectivement attachée.


Lire la suite : De Cosette à Catherine Partie 2

Share/Save/Bookmark
 

envue

Tango argentin… et maternité!

envuejanvier2015

Dieu que c’est beau une femme qui danse, et les rondeurs de maternités visibles à l’œil, n’enlèvent rien à la grâce des mouvements et des corps, peut-être même qu’elles rajoutent une sorte de sensualité à la beauté, et l’on va jusqu’à oublier devant les jeux de jambes et les hanches qui bougent, que ces femmes qui dansent le tango comme des amoureuses, sont enceintes de plusieurs mois parfois.

Lire et écouter

la suite

 

causedesfemmes droite

Les femmes sont magnifiques et la grâce insoumise !

Par Louise Gaggini

01lesinfosdelaredaction

Je devrais vous parler politique et économie, Corée du Nord, Poutine, Hollande, mais je n’ai qu’une envie c’est de parler des femmes, qui en ce mois de mars sont mises à l’honneur, un jour, un seul pour dire ce qu’il en est de nous, de nos filles, de nos grand-mères, de nos sœurs…

Lire la suite

Ma chaîne de théâtreluccini

Fabrice Luchini & Pierre Arditi

dans Art de Y.Reza

au Théâtre

 

 

 

hors-serie

democratie israel

 


Prendre soin de ses jambes

 


rubrique-hors-serie

 


01uneusa 180

 


actualite-right

29 Décembre 2015 par Louise Gaggini
28 Septembre 2015 par Louise Gaggini
19 Août 2015 par L.Gaggini
14 Avril 2015 par L'observatoire
18 Février 2015 par LG
13 Janvier 2015 par LG
13 Janvier 2015 par LG
10 Janvier 2015 par J.P Lledo

munitions littéraires

Inferno ou l'enfer de Dante

de Dan Brown

 

livre


Dan Brown mêle avec brio l’histoire, l’art, les codes et les symboles. En retrouvant ses thèmes favoris, Dan Brown a certainement construit l’un de ses romans les plus stupéfiants, au cœur des grands enjeux de notre époque.

Lire la suite

 

sondage

POUR ou CONTRE le vote des étrangers
 

liensNNN transparent

O1arretsurimage

librairie

 

Le Dictionnaire du SiDA
Comprendre et appréhender 

Intérêssant pour toute la famille...

dico-sida

pour étudiants, professionnels, médecins...

ou pour toute la famille.

 

humour-et-galejade

30 Décembre 2015 par redaction
best-of-humour-coquin
30 Décembre 2015 par redaction
l-gerra-hollande-a-r-mezrahi

Conseil en investissement et placement:
Patrimoine Privé.

couvPP

Retrouvez toutes les informations et conseils

patrimoniaux sur ce lien.


 

La meilleure Pub de l’année

 


Pub la plus sympa

 


Pub, Tout Simplement magnifique

 


Emplacement Publicitaire

Contacter NNN